Nous sommes le
23 June 2021
rassemblement_refugiés

Les soutiens aux réfugiés peinent à rassembler

« Nous sommes ici en solidarité avec les migrants ! » Haut-parleur à la main, le militant du Réseau Education Sans Frontières (RESF) interpelle le flot de voyageurs qui se déverse sur le parvis de la gare, à l’heure de pointe. Mais une semaine après la publication de la photo du corps d’un enfant syrien échoué sur une plage, qui a choqué l’opinion publique, force est de constater que les Chellois ne se montrent pas très réceptifs.

Ils sont pourtant près d’une cinquantaine, pancartes sur le ventre, à afficher leurs slogans en faveur des réfugiés. Outre RESF, on trouve des membres du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), du Collectif chrétien d’action fraternelle (CCAF), quelques militants communistes et socialistes. La directrice du centre d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) de Brou est également présente. « On raconte des mensonge sur les réfugiés. Ils ne sont pas un poids pour la société. Ils n’ont même pas le droit au RSA ! », rappelle Lydie Autreux, conseillère municipale PS.

« Beaucoup de personnes refusent nos tracts, elles sont pourtant elles-mêmes issues de l’immigration », s’étonne Thierry Desassis, vieux militant de RESF à l’origine du rassemblement. Michel Gazagne, responsable du foyer d’accueil du CCAF, explique quant à lui être présent « au nom des valeurs humanistes, qu’il faut partager avec le plus grand nombre ». Mais ce soir, l’échange ne s’est fait que dans un sens.